Et demain ?


Il y a deux semaines, le journal économique « Les Echos » publiait un supplément pour fêter ses 110 ans d’existence. Certes, il fallait bien que ses journalistes d’aujourd’hui parlent de l’histoire et du parcours de ce grand quotidien et les anciens comme moi se souviennent du temps où il était dirigé par Jacqueline Beytout, une grande patronne dont j’avais apprécié le livre qu’elle avait publié peu de temps après avoir vendu le titre en 1988. Je voudrais en parler mais il faudrait que je retrouve le livre en question. Pour la fête, Nicolas Barré a fait appel à des spécialistes de toute discipline pour imaginer ce que serait le monde, et en particulier la France dans 20 ans.


20 ans, c’est une génération et l’exercice de prospective que nous pouvions faire au siècle dernier était un amusement. Nous n’inventions pas de choses extraordinaires, bien que cela semblât possible à certains. Il suffisait de prendre les nouveautés et les inventions en cours, essentiellement industrielles, et de rêver à ce que l’on pouvait en faire. Un monde merveilleux nous éclatait en pleine face et s’il n’était pas pour nous, il serait pour les suivants. Pensez donc, de l’électricité sur tout le territoire, un téléphone dans toutes les maisons, une voiture dans tous les foyers pour sortir le dimanche et peut-être même partir en vacances, une vie moins pénible et quelques années d’une retraite bien méritée, et enfin une paix en Europe car nous étions dans la seconde moitié du XXème siècle. Croire en tout cela était  évident à tous.


Aujourd’hui, des scientifiques, des philosophes, des enseignants, des politiques, et bien d’autres, se posent la question de l’avenir : c’est à cela qu’ils ont été invités. Est-ce un manque d’imagination de leur part ? Certainement pas, pourtant ils ont du mal à faire rêver. Désolé, mais l’avenir est triste. Les innovations ? Oui, bien sûr, mais qu’apportent-elles ? Le travail ? On ne se bat pas pour en avoir. La paix ? Eh bien justement, on en parle beaucoup, elle est loin d’être réalisée et nous sommes plus près de la guerre que de la paix. La belle voiture ? Oui, bien sûr mais elle est la cause du cancer, alors il faudra la laisser au garage et prendre le métro ou la bicyclette, ce « casse-gueule » inventé au XIXème siècle. Ah, le téléphone ! C’est vrai que chaque habitant en est équipé et de tout ce qui va avec, mais est-ce une bonne chose ? Si, au moins on s’arrêtait là …


L’analyse est un peu caricaturale, j’en conviens, mais si l’avenir est si difficile à décrire, c’est peut-être parce qu’il n’y en a pas. C’est la conclusion à laquelle Régis Debray parvient dans un livret de 86 pages publié en juillet dernier. S’il existe une personne au monde qui a beaucoup rêvé, c’est bien Régis Debray. Il ne rêve plus. Evidemment, il a une réputation à défendre et il ne serait plus Régis Debray s’il écrivait le contraire de ce qu’il a toujours écrit depuis 60 ans. Le terrorisme, l’immigration, l’évolution du monde et de ses sociétés, conduisent à déconstruire des civilisations millénaires. Les Européens, les Français en particulier en sont témoins. La culture française n’est pas un bien inaltérable. Elle devient diverse sous nos yeux sans perturber quiconque, en tout cas, pas nos dirigeants.


J’avais 20 ans et je me souviens avoir lu sur un mur, écrit à la manière d’un tag, « Demain n’aura pas lieu ». Le sens m’était étranger. A la réflexion, demain peut-être, n’aura pas lieu.
Le 25 octobre 2018

Copyright © 2019 Septieme jour - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public
1764 billets en ligne.

Aucun scrutin publié portant cet identifiant n'a été trouvé.

Actualité

Non

Préoccupé par une autre obligation, j'ai, un instant, envisagé d'ouvrir mon site à qui voudrait s'exprimer dans le format qui est le mien et dans le respect  des thèmes : économie, société et politique. Cela aurait permis d'ajouter des pages et de rompre avec une habitude qui peut être jugée comme une redondance.

J'y ai renoncé et j'espère, selon un rituel de 17 ans d'âge, continuer à publier quelques billets chaque mois. Donc pas de changement dans www.septiemejour.com

Merci pour votre fidélité.

On est fort

 

Après avoir augmenté les taxes sur les carburants, le gouvernement mettra en oeuvre des moyens de réduire la dépense pour certains automobilistes. Je ne veux pas savoir ce qu'il va inventer. Qu'ils sont bons ces énarques !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Free business joomla templates