Dommage, il le fait mal


Plus rien n’y fait, le Président de la République a beau se démener, parler, expliquer, donner de sa personne, il n’est plus entendu. Pire, on le trouve mauvais malgré tous les talents oratoires qu’il est capable de déployer. Ses idées, son projet pour la France et pour l’Europe, ont séduit un peu plus de 20% des électeurs au premier tour de la Présidentielle et aidé par le destin, il a été élu, mais il ne sait pas faire. Son entourage, les membres de son gouvernement, son équipe de conseillers ultra diplômés, pourraient réagir, tirer des enseignements de leurs erreurs passées, car elles sont déjà nombreuses. Non, il a fallu que deux ministres d’Etat démissionnent pour que tout ce petit monde prenne conscience d’un dysfonctionnement, mais encore tout juste puisque une fois les deux ministres remplacés, les mêmes faux pas se renouvellent.

Lire la suite...

Conservatisme, progressisme, populisme, …


Nous nous étions habitués à parler : de la gauche, de la droite, du centre, et avec quelques nuances, les citoyens se situaient assez clairement sur cet échiquier politique. Il y avait aussi les Radicaux, de gauche ou valoisiens difficiles à distinguer les uns des autres. Plus tard sont apparus les Verts dont on ne sait pas où les situer selon les saisons. Puis le FN devenu le RN restait bien à droite à une place que personne ne lui contestait. Enfin, le PC parfaitement campé sur une théorie qui n’a pas changé depuis un siècle, se faisait oublier puisqu’il faut aller  en Corée du Nord ou à Cuba pour trouver son équivalent.

Lire la suite...

Prélèvement à la source


Les Français râlent, mais ils paient. Lorsqu’ils réclament une prestation, une aide, un service, un droit, auprès de l’administration, ils justifient leur demande par un solennel  « Je paie des impôts », mais en réalité, plus de 50% d’entre eux n’en ont jamais payés. Autant dire que toute dépense publique nouvelle n’est, à leurs yeux, jamais un problème.


Le système fiscal est des plus compliqués. Les impositions très brutales sont contrebalancées par des accommodements permettant d’en réduire le montant : ce sont les fameuses niches fiscales dont l’emploi requiert de la technicité car on n’a rien sans rien. Généralement, ce sont des investissements, parfois risqués, dont une partie est déductible des impôts. Les dons aux associations, quant à eux, permettent à la générosité des Français de s’exprimer à bon compte puisque 66% du montant est pris en charge par le fisc.

Lire la suite...

Il va oser


En 1981, François Mitterrand était alors élu Président des Français, tout allait changer et ce lundi de mai, lendemain de la victoire,  les salariés se rendraient à leur travail, la fleur aux dents et le cœur léger, Pierre Mauroy et Jack Lang s’en réjouissaient à l’avance. Effectivement, tout est allé mieux, la distribution des subsides providentiels a commencé conformément au programme de campagne, mais la belle vie n’a pas duré. Les dépenses publiques ont pris de l’ampleur et notre franc s’affaiblissait au sein du SME (Système Monétaire Européen). Alors il fut décidé une première dévaluation dès octobre 1981, une seconde en juin 1982 et une troisième en mars 1983. Les prix augmentaient deux fois plus vite en France qu’en Allemagne et l’instauration d’un plan d’austérité sous la houlette de Jacques Delors devenait obligatoire.

Lire la suite...

Emmanuel Macron : c’est fini

Le Président a saoulé les Français avec des slogans du style ! « Je dis ce que je fais et je fais ce que j’ai dit », effectivement ils voient. Les électeurs n’ont pas à culpabiliser, ils n’avaient pas le choix au second tour des Présidentielles. Le bilan de la première année révèle bien des carences et si le programme du candidat est relativement respecté, il est loin dans son application de répondre aux espoirs mis en lui. Les partisans de François Fillon ont trouvé chez Emmanuel Macron des attitudes qui leur allaient bien. Il est facile de les résumer, c’était la volonté de redresser économiquement la France et derrière cette expression, étaient attendu une amélioration des conditions de la croissance, une réduction drastique du chômage et enfin des économies permettant de réaliser les réformes jugées urgentes à mener.

Lire la suite...
Copyright © 2019 Septieme jour - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public
1764 billets en ligne.

Aucun scrutin publié portant cet identifiant n'a été trouvé.

Actualité

Non

Préoccupé par une autre obligation, j'ai, un instant, envisagé d'ouvrir mon site à qui voudrait s'exprimer dans le format qui est le mien et dans le respect  des thèmes : économie, société et politique. Cela aurait permis d'ajouter des pages et de rompre avec une habitude qui peut être jugée comme une redondance.

J'y ai renoncé et j'espère, selon un rituel de 17 ans d'âge, continuer à publier quelques billets chaque mois. Donc pas de changement dans www.septiemejour.com

Merci pour votre fidélité.

On est fort

 

Après avoir augmenté les taxes sur les carburants, le gouvernement mettra en oeuvre des moyens de réduire la dépense pour certains automobilistes. Je ne veux pas savoir ce qu'il va inventer. Qu'ils sont bons ces énarques !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Free business joomla templates